Social Media Business Pages vs. le site Web d'affaires traditionnelles d'affaires

social media business pages

Quelqu’un m’a récemment demandé : “Ai-je besoin de mon propre site Web puisque j’ai déjà une présence active dans les médias sociaux ?

A voir aussi : Élaboration d'un énoncé de vision utilisable pour votre organisation

La réponse courte : Non. Un site Web n’est pas une exigence, pas plus que tout autre moyen de marketing. Vous êtes le patron, et vous avez gagné le droit de décider quelles stratégies de marketing vous allez poursuivre et quelles stratégies de marketing vous n’allez pas poursuivre. Tout se résume à votre modèle d’entreprise et à la façon dont vous voulez vous présenter au monde.

Avec des plateformes de médias sociaux comme Facebook, Twitter, Instagram et LinkedIn, qui fournissent tous des milliards d’abonnés déjà engagés sur leurs plateformes, la création d’un site Web traditionnel pourrait ne pas faire partie de votre plan.

A lire aussi : 15 thèmes WordPress pour construire un site immobilier Mobile-Friendly

Devinez quoi ? Vous n’êtes pas seul. Clutch, une firme de recherche basée à Washington D.C., a récemment mené un sondage auprès de petites entreprises et a constaté que 29 % des répondants n’avaient pas de site Web. Plus intéressant encore, 31 % des entreprises qui n’ont pas de sites Web traditionnels utilisent des pages d’affaires de médias sociaux à la place de leur site traditionnel.

C’est un bon plan ? Cela dépend.

Ayant fait du marketing pour des services professionnels, en particulier des avocats, je ne recommanderais jamais de sauter le site Web et de concentrer toute notre énergie sur les médias sociaux. Dans le monde juridique, la crédibilité est essentielle. Fonctionnant dans un environnement extrêmement concurrentiel, une entreprise sans site Web est une entreprise qui n’existe pas.

Il y a deux raisons principales pour lesquelles je ne recommanderais jamais d’exclure un site Web commercial du plan de marketing numérique :

1. Disqualification prématurée

Pense à ton comportement. Lorsque vous avez besoin d’un produit ou d’un service, quel est le premier endroit que vous cherchez ? Google, bien sûr !

Pour moi, si une entreprise n’a pas de site Web, je passe à un site qui en a un. Et croyez-moi, vos concurrents le font.

Je vais vous donner un exemple :

J’ai été intriguée par un message que j’ai vu sur le groupe Facebook de ma mère locale, où quelqu’un cherchait des recommandations pour une gardienne d’enfants pour la nuit puisqu’elle travaillait de nuit. Un confrère a répondu au message en lui suggérant d’obtenir une Au Pair. (Pour ceux qui ne le savent pas, une jeune fille au pair est une aide familiale résidente d’un autre pays qui participe à un échange culturel). La femme a déclaré : ” Cela coûte beaucoup moins cher que les services de garde traditionnels “, et elle a affiché la page d’affaires Facebook de l’agence pour obtenir de plus amples renseignements.

Mes oreilles se sont redressées. Je ne cherchais pas de services de garde d’enfants, mais cette conversation entre deux autres mamans m’a fait mal : les frais de garde d’enfants. Étant un bon consommateur, j’ai navigué jusqu’à la page Facebook de l’agence.

Il y avait des photos d’enfants qui couraient partout avec leurs nounous, s’amusant comme des fous ! J’ai lu quelques articles de blog sur ce à quoi s’attendre quand votre Au Pair arrive aux Etats-Unis, comment la mettre à l’aise, et comment lui montrer la culture américaine. Mais aucune information de prix ou d’inscription n’est apparue – du moins pas aussi loin que je l’ai fait défiler. J’ai trouvé un numéro de téléphone, mais je n’étais pas encore prêt à parler à qui que ce soit.

Alors, qu’est-ce que tu crois qu’il se passe ? Je ne trouve pas l’information sur Facebook, je n’ai pas envie de les appeler, alors je dis : “Bon, d’accord. Pas pour moi”.

Bien sûr que non !

Non, j’ai googlé l’agence pour trouver leur site Web, dont j’étais certain qu’il contiendrait l’information pertinente. Mais je n’ai pas trouvé leur site web. D’après ce que j’ai pu voir, ils n’en avaient pas. Cependant, j’ai trouvé plusieurs autres agences qui avaient des sites Web qui fournissaient mes réponses.

Il est courant pour les consommateurs de faire des recherches sur votre entreprise avant de communiquer avec votre entreprise. Très souvent, un client potentiel disqualifiera votre entreprise avant même que vous ne sachiez qu’il l’envisage.

2. Vous n’êtes pas propriétaire de votre page de médias sociaux. Êtes-vous à l’aise avec la Police provinciale de l’Ontario ?

O.P.P., comment puis-je l’expliquer ? Je vais le prendre image par image. (Vilaine par nature, fan ? De rien).

Sérieusement, les réseaux de médias sociaux font partie de l’OPP, ce qui signifie qu’ils sont la plate-forme d’autres personnes. Ils ne t’appartiennent pas. Bien sûr, la création d’une page d’affaires est rapide, facile et gratuite ! De plus, il y a déjà beaucoup de clients potentiels qui utilisent les plateformes que vous pourriez utiliser.

Qui ne serait pas d’accord avec ça ?

Cependant, puisque la plateforme appartient à quelqu’un d’autre, vous êtes à sa merci. Vous n’avez pas votre mot à dire lorsque les propriétaires apportent des modifications aux plates-formes, ni sur les raisons de ces modifications, ni sur l’incidence de ces dernières sur votre entreprise.

Considérez quand Facebook et Instagram ont apporté des changements à leur algorithme pour filtrer le contenu afin que le fil de nouvelles n’affiche que le contenu jugé pertinent pour l’utilisateur.

Que s’est-il passé ?

Les spécialistes du marketing sont devenus fous lorsque la portée des produits biologiques a chuté de façon significative. C’est ce qui s’est passé !

Quand ces choses arrivent, ce n’est pas la fin du monde. Lorsqu’il y a un défi algorithmique, il y a aussi un moyen de le contourner. Alors, c’est pas grave, hein ?

C’est vrai ! Ce n’est pas grand-chose, nécessairement, d’avoir à surmonter quelques changements d’algorithme ici et là. Mais, (il y a toujours un mais), quand vous ne possédez pas la plate-forme, vous ne possédez pas non plus les données.

Et si Facebook faisait faillite ? Supposons qu’Instagram ait soudainement disparu. Comment engageriez-vous le dialogue avec votre public ?

Je sais, je sais, je sais. Il n’y a aucune chance que cette industrie de plusieurs milliards de dollars disparaisse. Vous avez probablement raison. Mais je ne vous demande pas de considérer la probabilité. Je vous demande d’envisager cette possibilité.

C’est un bon exemple : MySpace a fait ses adieux à l’espace. Le fait d’avoir une chanson thème cool pour accompagner mon profil me manque. Toi ?

Ne vous méprenez pas, les médias sociaux sont un élément important de votre stratégie marketing. Je suggérerais simplement de l’utiliser pour conduire le public vers le contenu hébergé sur le site que vous avez construit et qui vous appartient.

Qu’est-ce que t’en penses ?