Les erreurs courantes à éviter lors de la planification successorale

Les erreurs courantes à éviter lors de la planification successorale

La planification successorale peut apporter une certaine tranquillité d’esprit, en garantissant que vos biens, vos intérêts et vos proches seront protégés après votre décès, mais c’est aussi un terrain fertile pour certaines erreurs coûteuses.

Qu’elles soient dues à un oubli ou à une mauvaise planification, les erreurs de planification successorale peuvent saper votre intention et réduire considérablement l’héritage financier que vous laissez derrière vous. Elles peuvent également créer un stress supplémentaire pour vos héritiers au moment du deuil. Alors, quelles sont les erreurs courantes à éviter lors de la planification successorale ? Découvrez cela dans cet article.

A lire en complément : C'est quoi le numéro de Siret ?

Signer un plan successoral que vous ne comprenez pas entièrement

Selon une étude, 91 % des gens signent des conditions juridiques sans avoir lu ce qu’ils signent. Ne laissez pas cela vous arriver lors de la signature de votre plan successoral. Si vous ne comprenez pas exactement ce que vous signez, vous devez en informer votre avocat succession afin qu’il puisse mieux vous l’expliquer. L’élaboration d’un plan successoral qui ne répond pas à vos attentes peut avoir de graves conséquences.

Ne pas mettre à jour le plan successoral assez souvent

Certains professionnels pensent qu’un plan successoral devrait être revu tous les cinq ans environ, ou à l’occasion d’un événement majeur de la vie, comme un mariage, la naissance d’un enfant ou d’un petit-enfant, un divorce ou le décès d’un conjoint ou d’un être cher. D’autres raisons justifient la mise à jour d’un plan successoral, notamment l’évolution de votre patrimoine, la perte d’un emploi ou un changement de domicile.

A lire en complément : SARL, SAS, SA : Comparatif des avantages et inconvénients pour choisir la meilleure structure d'entreprise

Ne pas financer les trusts révocables

Les erreurs courantes à éviter lors de la planification successorale

La création d’un trust révocable ou d’un living trust n’est que la première étape. Pour être utiles, les trusts doivent être financés, faute de quoi vos biens seront soumis à l’homologation et risquent d’être mal distribués à vos héritiers. Il est facile de financer un trust avec certains actifs, alors que d’autres, comme les biens immobiliers et les automobiles, sont plus complexes. Votre avocat spécialisé en planification successorale doit pouvoir vous conseiller sur les meilleures pratiques.

Oublier de mettre à jour la procuration ou omettre de créer une procuration

La procuration permet à une personne responsable de prendre des décisions en votre nom si vous êtes frappé d’incapacité en raison d’un problème médical. Une procuration peut permettre à la personne de confiance de prendre des décisions financières, tandis qu’une autre procuration donne à cette personne ou à une autre la possibilité de prendre des décisions médicales à votre place.

Si, par exemple, vous avez donné une procuration à votre conjoint et que celui-ci décède ou est atteint de démence, vous devez mettre à jour votre procuration afin d’y inclure une personne capable de prendre ces décisions financières et médicales difficiles à votre place.

Défaut de coordination des fiducies et des plans de retraite

Il existe d’innombrables façons d’éviter la surimposition lors de la planification successorale, tant pour vous que pour vos proches. Pour économiser de l’impôt, il est essentiel de créer une fiducie transparente si vous souhaitez désigner une fiducie vivante comme bénéficiaire de votre régime de retraite. Il est moins compliqué de désigner une personne physique comme bénéficiaire d’un trust, mais les deux cas nécessitent les conseils avisés d’un avocat spécialisé dans la planification successorale.

à voir

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation de cookies.
J'accepte
Je refuse
Privacy Policy