Conseils pour la gestion de votre stagiaire

Sur papier, embaucher un stagiaire semble toujours être une bonne idée. Tout d’abord, vous faites une danse de la victoire sur la transmission des tâches banales mais nécessaires, comme la mise à jour des bases de données et l’optimisation des documents pour le partage numérique. La prochaine série de « sauter de joie » se produit après votre brillante suggestion d’éliminer une liste de sujets de blog, de se désabonner des bulletins électroniques non pertinents, de mieux se familiariser avec vos pairs Twitter, Google+ et LinkedIn, et de nettoyer vos catégories Quickbooks est rencontré avec un enthousiasme, « Sure ! »Et le dernier tour de la victoire, bien sûr, célèbre le simple fait que vous avez un étudiant intelligent, adroit, enthousiaste et plein de volonté de travailler pour obtenir des crédits sur lequel vous pouvez compter. (Et, pour couvrir les appels du vendredi après-midi pour ces sorties spontanées.)

Puis la réalité frappe….

A voir aussi : Que peuvent vous apprendre les Weight Watchers sur les affaires ?

Des questions, des questions, des questions. (Ou pire, pas du tout et un travail pas si bien fait.) Tutoriels requis sur l’équipement de bureau et les outils numériques. Plusieurs séries d’éditions au stylo rouge. Demandes de départ anticipé ou d’arrivée tardive. A primer on office etiquette (and politics). Mauvaises interprétations de la tenue de bureau. Problèmes techniques (expérience PC vs. Mac). Le « déjeuner gratuit » obligatoire…..

Soudain, tu n’es plus aussi impressionné par toi-même. Ou votre stagiaire.

A lire en complément : Comment financer une création d'entreprise ?

Respirez profondément. TOUS ces pièges courants peuvent être évités en planifiant à l’avance et en organisant une brève réunion chaque matin (ou chaque après-midi) pour confirmer que chacun d’entre vous a atteint les objectifs fixés.

Dès la première conversation, établissez des attentes claires sur l’étendue du travail, ainsi que sur ce que vous êtes à l’aise de faire passer et ce que vous n’êtes pas. Entre la première conversation et son premier jour, demandez une liste des compétences existantes et des compétences souhaitées, des stages et des objectifs de carrière généraux, des tâches et des méthodes préférées (travail axé sur les chiffres par opposition à l’écriture, communication téléphonique par opposition à la communication en face à face, etc. Vous devriez également être au courant des exigences de l’école ou du collège en matière d’heures et de rapports. Vous ne voulez pas découvrir le dernier jour de son stage qu’elle a besoin d’une documentation pour l’été.

La chose la plus importante à retenir, c’est que vous jouez le rôle de pom-pom girl et d’entraîneur. Et vous façonnez la perception qu’ont les jeunes de votre industrie. Les mauvais mots ou une critique inutilement sévère de son travail risquent d’entraîner une déflation. Après tout, c’est vous l’expert, pas votre stagiaire. Votre seul but est d’envoyer cette jeune femme dans le monde en tant que nouvelle recrue potentielle et confiante pour vous ou l’un de vos pairs de l’industrie. Enseigne-lui bien, et tu finiras sur sa liste de « femmes qui ont aidé à façonner qui tu es aujourd’hui. »

Si vous la traitez de façon non professionnelle, si vous agissez avec condescendance ou si vous offrez trop peu d’instruction et d’inspiration, ce que vous gagnez est un mauvais reflet de vous et de votre entreprise. Nous savons tous que les mauvaises relations publiques vont plus vite que les bonnes ; vous ne voulez pas que vos clients ou vos concurrents reçoivent des commentaires négatifs. Ou à l’école, au collègue ou à l’ami qui vous a recommandé en premier lieu.

Vous n’êtes toujours pas convaincu qu’un stagiaire est fait pour vous ? Voici un lien utile qui résume bien les choses. En plus de ces conseils, Melanie Brooks, rédactrice du magazine Inc., a d’autres conseils pour tirer le meilleur parti de vos stages d’été.

L’essentiel, comme vous le lirez, c’est que sans un effort sincère pour traiter votre stagiaire comme un membre de l’équipe de base de votre entreprise et lui offrir des occasions stimulantes qui favorisent le succès, la résolution de problèmes et même quelques erreurs, elle ne glanera pas l’expérience du monde réel nécessaire pour penser sur ses pieds. De plus, elle n’apprendra pas à prendre des risques, à maîtriser ses limites, à composer avec les différences tactiques (et générationnelles) et à tirer d’autres leçons précieuses qui l’aideront à devenir un leader.

Tout cela s’ajoute à la possibilité que vos propres compétences en leadership soient remises en question. Et ça, cher chef d’entreprise, ce n’est pas une bonne relation publique.

à voir

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation de cookies.
J'accepte
Je refuse
Privacy Policy